Le quart coat, c’est pas un projet à moitié!

img_6442.jpg

 (Quart… moitié… 100% blague!)

Je vous avais laissé en vous listant les patrons auxquels je voulais m’attaquer dans le cadre de la garde robe capsule 2017. Un des projets était de taille: le manteau!!! Même si j’ai fait pas mal de progrès en 7 ou 8 ans de couture, je ne m’étais jamais attaquée à ça. 

Eh bien fin du suspens : j’ai réussi !! Je l’adore, je le porte tous les jours, et je suis hyper fière de moi!!!

On la voit la fille fière d’elle ?!

Alors soyons clairs, ce n’est pas simple! J’ai eu des moments de découragement, des moments de doute, un énorme coup de blues quand je le pensais fini et que j’ai du découdre encore 2 ou 3 fois l’ourlet (à la main!!) de la doublure, mais aussi une énorme giga mega fierté quand je suis sortie avec mon manteau la première fois! Et chaque fois que je sors avec en fait… j’aurais envie de dire à tous ceux que je croise “oui oui, c’est mon manteau, c’est moi qui l’ai fait!!”

Alors, comme j’ai tout le temps chaud (non ce n’est cool !), je n’ai pas pris de lainage. J’ai opté pour du synthétique, mais du joli ! Je ne me souviens plus de la compo, mais la vendeuse chez Art couture m’a affirmé que cela tenait moins chaud que la laine. Alors Go !

J’ai aussi acheté la doublure là-bas. J’adore le motif de ce coton. Tellement que j ai réalisé que c’était quasi le même que sur un carnet acheté il y a quelques mois! Comme le chante Céline, “on ne change pas, on met juste les costumes d’autres sur soi”. Sauf que moi je mets mes propres costumes ! bref…

Les manches sont en soie… ou alors en tissant glissant, ce qui en langage couture signifie “ultra merdique à découper et coudre” ! (Précision : je n’ai réalisé qu’après que j’avais en réalité acheté ce tissu pour me faire une chemise mélilot … va falloir en trouver un autre !)

J’ai suivi les instructions sans apporter de modif. Et j’ai rencontré de gros gros soucis au niveau des emmanchures. 

 

Je ne comprenais pas ce qui ne collait pas. Mais impossible de faire correspondre les marques des manches et des emmanchures. J’ai donc passé une bonne après midi, aidée de Mel, à bidouiller, coudre et découdre, pour arriver à un résultat plutôt honorable. On a pourtant bien vérifié les pièces que j ai décalquées, le patron lui même… incompréhensible ! 

J’ai finalement écrit à Pauline Alice pour lui faire part de mon problème. Et bien il s’avère que ce problème lui avait déjà été rapporté pour la taille 48. Elle avait fait une modif. Elle a donc aussi fait ce qu’il fallait pour la taille 46 et m’a donné la version pdf. C’est un peu rageant de rencontrer tant de problèmes pour un patron pochette que j’imaginais éprouvé. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester avec les modif. J’espère que ça collera mieux cette fois parce que j’ai deja repéré une version perfecto qui me fait de l’œil pour les beaux jours !